La stigmatisation compte pour mettre fin à la tuberculose : enquête nationale sur la stigmatisation en Éthiopie

Articles de journaux
, TB

La stigmatisation compte pour mettre fin à la tuberculose : enquête nationale sur la stigmatisation en Éthiopie

Écrit par: Daniel G. Datiko, Degu Jerene, Pedro Suarez
Publication: BMC Public Health2020 ; Vol. 20 : 190. DOI : 10.1186/s12889-019-7915-6.

Abstrait

Contexte

La tuberculose (TB) affecte et coûte la vie à des millions de personnes chaque année. Malgré les efforts déployés pour détecter et traiter la tuberculose, environ quatre millions de cas ont été manqués dans le monde en 2017. Les obstacles à l'accès aux soins de santé, les comportements de recours aux soins inadéquats de la communauté, les mauvaises conditions socio-économiques et la stigmatisation sont les principaux déterminants de cet écart. Malheureusement, la stigmatisation liée à la tuberculose reste inexplorée en Éthiopie.

Méthodologie

Cette enquête à méthodes mixtes a été menée à l'aide d'un échantillonnage en grappes à plusieurs degrés pour identifier 32 districts et 8 sous-villes, parmi lesquelles 40 centres de santé ont été sélectionnés au hasard. Vingt et un patients tuberculeux et 21 membres de la famille ont été recrutés dans chaque centre de santé, et 11 membres du ménage de chaque communauté dans la population desservie.

Resultats

Un total de 3463 participants (844 patients TB, 836 de leurs familles et 1783 de la population générale) ont été inscrits pour l'étude. L'âge moyen et l'écart type étaient de 34.3 ± 12.9 ans pour les deux sexes (34.9 ± 13.2 pour les hommes et 33.8 ± 12.5 pour les femmes). Cinquante pour cent des participants à l'étude étaient des femmes; 32.1% étaient analphabètes ; et 19.8 % provenaient du quintile de richesse le plus bas. Le score moyen de stigmatisation était de 18.6 pour la population générale, de 20.5 pour les familles et de 21.3 pour les patients TB. La population générale d'Addis-Abeba (AOR : 0.1 [95 % IC : 0.06-0.17]), les personnes scolarisées au-dessus de l'école secondaire (AOR : 0.58 [95 % IC : 0.39-0.87]) et celles ayant un score élevé pour les connaissances sur La TB (AOR : 0.62 [IC à 95 % : 0.49-0.78]) avait des scores de stigmatisation faibles. Les familles de patients tuberculeux qui ont fréquenté l'école secondaire (AOR : 0.37 [IC à 95 % : 0.23-0.61]) avaient des scores de stigmatisation faibles. Les patients TB instruits au-delà de l'école secondaire (AOR : 0.61 [95 % IC : 0.38-0.97]) avaient des scores de stigmatisation inférieurs, tandis que ceux du premier (AOR : 1.93 : 95 % IC 1.05-3.57) et du troisième quintiles (AOR : 1.81 : IC à 95 % : 1.08–3.05) avaient des scores de stigmatisation deux fois plus élevés que ceux du quintile le plus élevé. La peur de perdre son emploi (32.5 %), l'isolement (15.3 %) et le sentiment d'être évité (9.3 %) ont affecté la divulgation de la TB.

Conclusions

Plus d'un tiers des Éthiopiens ont des scores élevés pour la stigmatisation liée à la tuberculose, qui étaient associées au niveau d'éducation, à la pauvreté et au manque de sensibilisation à la tuberculose. La stigmatisation est importante dans la prévention, les soins et le traitement de la tuberculose et justifie des interventions de réduction de la stigmatisation.

Recherche