Construire une réponse équitable au Guatemala

Soutenir les femmes enceintes, les femmes autochtones et les adolescentes pendant la pandémie de COVID-19

« La COVID-19 a reconfiguré la vie et les réalités des individus et des familles, et a entraîné un recentrage des priorités et des budgets de santé. Au Guatemala, les femmes enceintes et les adolescentes ont perdu l'accès aux services prénatals et préventifs essentiels ou aux soins d'accouchement en établissement, et nous avons constaté une augmentation des naissances à domicile, des complications obstétricales et de la morbidité ou de la mortalité maternelle.

— Mirna Montenegro, directrice de l'OSAR

Comme dans la plupart des pays, les défis posés par le COVID-19 au Guatemala ont réduit l'accès des femmes aux services essentiels et ont eu un impact négatif sur la santé des femmes et des adolescentes. Les communautés autochtones des hautes terres de l'ouest du pays ont été particulièrement touchées en raison des faiblesses préexistantes du système de santé, qui peine à fournir des soins de haute qualité qui répondent aux besoins et aux priorités des femmes autochtones rurales.

Une analyse menée par le Observatoire de la Santé Sexuelle et Reproductive (OSAR) montre qu'entre 2019 et 2020, le Guatemala a connu une baisse de 30 % de la fréquentation des soins prénataux, de 70 % de l'accès à la planification familiale et de 35 % des soins d'accouchement en établissement, avec des baisses plus marquées dans les communautés autochtones et pauvres.

Maintenir les services de santé essentiels pour les femmes, les enfants et les adolescents tout en atténuant l'impact de la pandémie représente un énorme défi.


Adapter le soutien pour répondre aux besoins des femmes enceintes autochtones tout au long de la pandémie

Les Projet Mères et bébés en bonne santé — connu sous son nom local en langue quiché, Utz' Na'n, — renforce la capacité locale à fournir des soins prénatals (CPN) de haute qualité et culturellement respectueux et améliore l'utilisation par les femmes et les adolescentes autochtones de soins prénatals opportuns et de qualité. Mis en œuvre par Management Sciences for Health (MSH), en collaboration avec des partenaires locaux Association PIES de Occidente (PIES), OSAR et le ministère de la Santé du Guatemala, le projet travaille à la construction d'un système de santé plus équitable et réactif dans les départements de Quetzaltenango et de San Marcos dans la région des hauts plateaux du Guatemala.

Femme enceinte au Guatemala parlant au téléphone
Crédit photo : MSH

"Lorsque le COVID-19 est arrivé au Guatemala, de nombreuses femmes n'ont pas pu se rendre dans les établissements de santé pour assister aux contrôles prénatals en raison des fermetures locales, nous avons donc aidé les sages-femmes traditionnelles (sages-femmes) contacter les femmes enceintes par d'autres moyens, y compris WhatsApp, pour fournir des conseils par téléphone. Cela a permis aux comadronas de continuer à suivre les femmes enceintes, de répondre aux questions sur leur grossesse et de les orienter vers les établissements de santé en cas d'urgence.

— Felipe Lopez, directeur du projet Utz' Na'n

Même pendant la pandémie, avec le soutien de nos partenaires locaux et en collaboration avec le ministère de la Santé et un réseau de sages-femmes, le projet a continué à mettre en œuvre son modèle innovant de CPN de groupe, qui est mis à l'échelle pour améliorer la qualité et la réactivité culturelle des services. . Ces derniers mois, le projet a formé plus de 50 animateurs dans les départements de San Marcos et Quetzaltenango, qui commencent à convoquer des séances de soins prénatals en petits groupes se réunissant à l'extérieur pour respecter les protocoles de sécurité COVID-19.

Inclure les femmes enceintes dans la réponse nationale du Guatemala au Covid-19

À l'appui du plan de réponse du gouvernement à la COVID-19, le projet a également plaidé pour l'inclusion des femmes enceintes et des adolescents en tant que groupe prioritaire dans le déploiement national de la vaccination contre la COVID-19. En partenariat avec l'Association des maladies infectieuses du Guatemala, l'Association des gynécologues et obstétriciens et le Collège des médecins, les partenaires du projet ont lancé une stratégie de plaidoyer pour utiliser un plaidoyer fondé sur des preuves auprès des responsables de la santé et des décideurs au niveau national. Des efforts régionaux similaires ont été menés par l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS)/OMS, fournissant une validité supplémentaire pour la priorisation des femmes enceintes.

"Avec des données récentes en main, nous avons commencé à plaider auprès du Congrès et du vice-ministre des soins de santé primaires pour la création d'un nouveau bureau national axé uniquement sur la promotion de la santé maternelle et infantile pendant la pandémie, et l'allocation de ressources suffisantes pour assurer la continuité des services essentiels de santé maternelle, y compris pour les plus marginalisés.

— Mirna Montenegro, directrice de l'OSAR

Grâce à ces efforts, et soutenus par données mondiales sur l'innocuité du vaccin COVID-19 pour les femmes enceintes et allaitantes, en septembre 2021, le ministère de la Santé du Guatemala a commencé à donner la priorité aux femmes enceintes dans la stratégie nationale de déploiement du vaccin COVID-19.

Le personnel de MSH au Guatemala travaille avec des partenaires locaux
Crédit photo : MSH

"Nos efforts de partage des données pour la prise de décision ont abouti à des mises à jour des directives de vaccination, à des discussions éclairées avec les tuteurs/tuteurs et le personnel de santé sur la nécessité d'atteindre les adolescentes enceintes avec le vaccin."

— Mirna Montenegro, directrice de l'OSAR

Début septembre, les vaccins COVID-19 sont devenus disponibles pour les femmes enceintes et une campagne nationale de communication avec des messages clés pour les femmes enceintes a été lancée, y compris des campagnes différenciées dans les langues autochtones. À Quetzaltenango et San Marcos, le projet a commencé à suivre la mise en œuvre du plan national de vaccination contre la COVID-19 chez les femmes enceintes ; l'approvisionnement en vaccins COVID-19, y compris dans les formations sanitaires très reculées ; et si des informations précises sur le vaccin parviennent aux femmes enceintes autochtones et à leurs familles. Cette stratégie a délibérément inclus les jeunes adolescentes enceintes (âgées de 12 à 17 ans) dans la stratégie nationale de vaccination, car plus de 30 % de toutes les grossesses au Guatemala concernent des adolescentes.

Répondre aux besoins sanitaires des femmes et des adolescentes rurales et autochtones tout au long de la pandémie et au-delà nécessite une approche à la fois nationale et communautaire. Utz' Nan'n continuera de plaider en faveur de l'inclusion des femmes enceintes dans la riposte nationale à la pandémie. Tout en continuant à renforcer les services de soins prénatals pour les femmes enceintes en utilisant des agents de santé communautaires de confiance tels que les sages-femmes traditionnelles. Sachant que les soins prénatals offrent un excellent point d'entrée pour fournir des informations précises sur la prévention du COVID-19 et la sécurité des vaccins, le projet combinera ces efforts pour s'assurer que les femmes rurales, autochtones, enceintes et adolescentes sont prioritaires.

Recherche