S'unir pour protéger près d'un demi-million d'enfants béninois contre le paludisme

16 septembre 2022

S'unir pour protéger près d'un demi-million d'enfants béninois contre le paludisme

Ce blog a été initialement publié sur PMI.gov.

« Le paludisme est un fardeau dans tous les aspects de notre vie », déclare Mariam Bagnan Zime, qui vit à Alibori, au Bénin, avec ses quatre enfants. "Lorsque notre enfant est malade, nous ne pouvons pas nous rendre au centre de santé pour nous faire soigner et nous devons rester avec lui à cause des distances et des coûts, ce qui nous empêche de travailler sur le terrain ou de nous occuper de nos affaires."

L'histoire de Mariam est courante au Bénin, où le paludisme est un défi majeur. En 2020, cette maladie a causé plus de 4.7 millions de cas parmi les 12.1 millions d'habitants du Bénin et plus de 10,000 XNUMX décès, notamment chez les enfants de moins de cinq ans. Cependant, le gouvernement du Bénin et ses partenaires travaillent ensemble pour mettre en œuvre des solutions innovantes pour lutter contre la maladie.

Prévenir les décès d'enfants

Pendant la saison des pluies au Bénin, le risque de paludisme est plus élevé car les moustiques qui propagent la maladie prolifèrent. Un moyen éprouvé de réduire le risque pour les enfants pendant cette période consiste à leur donner des médicaments chaque mois pendant trois jours consécutifs grâce à un effort appelé chimioprévention du paludisme saisonnier (CPS) campagnes. Mais ces campagnes nécessitent un financement important et la collaboration de plusieurs acteurs pour couvrir tous les enfants à risque.

Depuis 2019, l'Initiative du Président des États-Unis contre le Paludisme, à travers l'Activité des Services de Santé Intégrés de l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID) dirigée par Management Sciences for Health, accompagne le Programme National de Lutte contre le Paludisme du Bénin dans la mise en œuvre de ces campagnes annuelles.

Un père administre le traitement préventif du paludisme à son enfant sous la supervision d'un agent de santé communautaire. Crédit photo : Dr Jocelyn Akakpo

Chaque année, des équipes d'agents de santé communautaires (ASC) formés entreprennent un voyage pour fournir un traitement préventif aux enfants vivant dans l'Alibori et l'Atacora, deux des départements où le risque de transmission du paludisme est le plus élevé de juillet à octobre, la saison des pluies.

Le premier jour de chaque mois dans les zones de santé soutenues par PMI, les ASC font du porte-à-porte pour expliquer aux soignants comment administrer le médicament à leurs enfants et observent le soignant administrer la dose du premier jour, afin qu'ils soient en mesure de donner jour deux et trois doses à leur enfant. Cette première campagne a été un succès, avec plus de 117,000 95 enfants sous traitement, soit plus de XNUMX % des enfants éligibles dans deux zones de santé ciblées.

Après avoir examiné les résultats de cette campagne, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, un acteur clé dans la lutte contre le paludisme au Bénin, a accepté de soutenir l'expansion des campagnes. En incluant deux nouvelles zones de santé en 2020 et quatre zones de santé en 2021, tout l'Atacora et l'Alibori seraient couverts.

Un partenariat pour protéger plus de 400,000 XNUMX enfants

En plus d'atteindre plus d'enfants dans plus de zones de santé, ce partenariat entre PMI et le Fonds mondial a permis une formation plus généralisée des ASC et l'harmonisation des processus de fourniture du traitement sous la supervision des agents de santé communautaires ainsi que des processus de collecte de données.

Par exemple, le partage des coûts de formation des agents de santé et des ASC et l'achat de fournitures ont permis aux partenaires d'exécuter la campagne de manière transparente dans les six zones de santé. De plus, le développement et le déploiement d'une application mobile signifie que les agents de santé et les ASC n'ont plus besoin de formulaires longs et complexes pour suivre les campagnes de CPS. La collecte de données pour les campagnes de surveillance est désormais plus efficace, opportune et les données sont plus précises.

Un informaticien explique à deux agents de santé comment recharger un smartphone à l'aide d'un sac à dos équipé d'un panneau solaire. Crédit photo : Dr Jocelyn Akakpo

L'implication de toutes les parties prenantes a permis des avancées considérables. En 2021, 422,005 90 enfants dans six districts/zones de santé ont reçu un traitement, ce qui représente XNUMX % des enfants éligibles.

Pour des parents comme Mariam, ces campagnes apportent un grand soulagement : « Les produits distribués lors de la campagne ont été très bien accueillis par nous. Cela a réduit la propagation du paludisme chez les enfants et, par conséquent, nous n'avons plus les mêmes difficultés financières que nous avions auparavant, à savoir dépenser de l'argent pour soigner un enfant malade.

Le Bénin a lancé sa campagne CPS pour 2022, et PMI, le Fonds mondial et le ministère de la Santé continuent de travailler ensemble pour tirer parti des réalisations des trois dernières années afin de proposer une campagne CPS de haute qualité, qui comprend un volet de sensibilisation pour la santé personnel et soignants pour prévenir le paludisme et, espérons-le, sauver la vie des enfants béninois dans toutes les zones de santé des départements de l'Alibori et de l'Atacora.

Recherche