Aider les femmes enceintes à adopter un traitement préventif contre le paludisme au Nigeria

le 21 avril 2020

Aider les femmes enceintes à adopter un traitement préventif contre le paludisme au Nigeria

C'est tôt le matin, mais Rebecca Owolabi, infirmier au centre de maternité d'Isokun à Ilesha dans l'État d'Osun, au Nigéria, fournit déjà des conseils de groupe sur la prévention du paludisme pendant la grossesse aux femmes qui visitent l'établissement pour des soins prénatals. Elle les conseille sur l'importance de dormir sous une moustiquaire imprégnée d'insecticide et de se faire soigner dès les premiers signes de paludisme. Aussi, à titre préventif, elle remet deux comprimés de sulfadoxine pyriméthamine (SP) aux femmes, qui les avalent ensuite avec de l'eau. L'infirmière Owolabi, comme elle est affectueusement appelée par les clients, rappelle à chacun la date de leur prochaine réunion, qui sera leur troisième et dernière dose de médicament, alors qu'elle leur dit au revoir.

Il y a un an, il était rare de trouver des clients qui avaient terminé le nombre recommandé de doses de SP dans cet établissement, une situation qui prévaut au Nigeria et dans la plupart des pays d'Afrique subsaharienne où le paludisme reste endémique. L'une des principales raisons de la faible utilisation est la confusion parmi les agents de santé quant à la manière d'administrer le traitement. Notamment, depuis 2004, lorsque l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé la SP dans les zones à transmission modérée à élevée du paludisme pour le traitement préventif intermittent (TPIp), il a été découvert que l'absorption de la première, de la deuxième et de la troisième dose dans L'Afrique saharienne était d'environ 52 %, 40 % et 17 % respectivement. Cette faible utilisation était également liée au nombre élevé de décès maternels dus au paludisme dans la région. 

En 2018, MSH, en tant que sous-bénéficiaire de Catholic Relief Services dans le cadre du projet de lutte contre le paludisme soutenu par le Fonds mondial, GF Malaria, a lancé son programme visant à réduire les décès maternels dans 13 États, dont Osun. Le projet a organisé des formations sur l'utilisation de la méthode IPTp parmi les agents de santé communautaires, les infirmières et les médecins, en se concentrant sur la recommandation révisée de l'OMS pour encourager la bonne utilisation du traitement. Owolabi et d'autres stagiaires ont suivi des cours de recyclage et des sessions pratiques pour mettre à jour leurs connaissances et leurs compétences en utilisant la méthode IPTp.

[Rebecca Owolabi administre de la sulfadoxine pyriméthamine (SP) à une femme visitant l'établissement pour des soins prénatals. Crédit photo : Fadiji Eunice Omolola]

« C'était bien [de rafraîchir] notre mémoire lors de ces formations », dit Owolabi. « J'ai pu retourner et enseigner aux autres dans mon établissement de santé les nouveaux changements », qui comprenaient l'amélioration de la compréhension de l'équipe de maternité sur la méthode IPTp et la prévention du paludisme pendant la grossesse. Pour s'assurer ensuite que le personnel comprenait comment administrer la SP, des visites régulières de mentorat et de supervision ont été effectuées dans les établissements de l'État. « Au cours de ces visites, nous avons découvert exactement ce que les autres agents de santé ont compris de notre formation », explique Owolabi. « S'il y a des domaines qu'ils n'ont pas bien compris, nous avons eu l'occasion de le leur expliquer à nouveau. »

Owolabi attribue le travail mené par MSH à l'augmentation de l'utilisation du TPIp par les femmes enceintes au centre de maternité. Selon Owolabi, « si vous consultez notre registre de soins prénatals, vous verrez que nous avons eu 20 réservations supplémentaires au cours de la semaine dernière et que toutes les femmes enceintes éligibles ont été placées sous SP. Le personnel applique correctement ce que nous leur avons enseigné. 

Et ce succès se reflète dans les données rapportées par le centre : une augmentation de la fréquentation des femmes aux séances prénatales et l'utilisation de la deuxième dose d'IPTp, qui est passée à 71% en juillet 2019. Bien qu'il reste encore du travail à faire en Dans l'État d'Osun, le projet du Fonds mondial contre le paludisme a commencé à changer les choses au centre de maternité d'Isokun. 

Alors que l'infirmière Owolabi continue d'expliquer comment les choses se sont améliorées dans l'établissement de santé, une autre cliente entre, plaçant sa main sur son ventre alors qu'elle s'assoit pour recevoir sa propre dose de TPIp.