Stories

{Photo credit: MSH Staff}Photo credit: MSH Staff

Access to effective antenatal care (ANC) was already a challenge for indigenous women and adolescents in the Western Highlands of Guatemala, even before the COVID-19 pandemic. The Quetzaltenango department in particular has high poverty and fertility rates, and substandard access to health services. In 2019, MSH began working to strengthen antenatal care (ANC) in Quetzaltenango using a group care model to improve women’s experience of pregnancy and improving birth outcomes.

Women wait to receive services outside a health center in Tanzania. Photo Credit: Brooke Huskey/MSH

In January 2020, the Tanzania Ministry of Health, Community Development, Gender, Elderly, and Children (MoHCDGEC), in collaboration with the World Health Organization and the Technical Support Services Project (TSSP), identified the need for a national health cross-cutting dashboard that would allow for more efficient reporting from the District Health Information Software 2 (DHIS-2), which is the national health information data repository. We spoke with Isaelly Nagunwa, Strategic Information Advisor, Management Sciences for Health (MSH) TSSP, and Claud John Kumalija, MoHCDGEC Head

 {Barnabé Tchoudji/ Activité de Services de Santé Intégrés de l'USAID} Remise des documents officiels relatifs à la réception de l’ambulance médicalisée dans le Plateau. De gauche vers la droite : Le Chef de Service des Affaires Administratives et Economiques, M. Bernard Fagbohoun ; le Directeur Départemental de la Santé, Dr. Hypocrate Fatembo ; le Chargé de l’Administration et des Ressources, M. Télesphore Adomou ; M. Rafiou Aya ; le Directeur de l’hôpital de zone de Pobè, M. Bakary Abdoul Karibou.Barnabé Tchoudji/ Activité de Services de Santé Intégrés de l'USAID

Lorsqu’une femme enceinte a une urgence médicale, quelques minutes de retard peuvent avoir des conséquences dramatiques. Cependant, avec peu d’ambulances publiques dans certains endroits du Bénin, les familles doivent souvent passer ces précieuses minutes à trouver un moyen de transport vers l’hôpital.Dans le département du Plateau, les patients se trouvent en difficulté depuis 2018, date à laquelle la dernière ambulance publique est devenue hors d’usage. De plus, les structures sanitaires privées facturent le transport avec un coût allant jusqu’à 25 000 Francs CFA (environ 46 USD), une somme importante pour beaucoup. D’autre part, les chauffeurs privés sont souvent réticents à effectuer les références à cause de l’état des pistes. Par conséquent, cette situation force les personnes à choisir entre débourser beaucoup d’argent ou prendre les transports en commun.

Pages