Des femmes et des jeunes au Bénin organisent des fonds d'épargne-santé pour accéder au traitement du paludisme

26 April 2021

Des femmes et des jeunes au Bénin organisent des fonds d'épargne-santé pour accéder au traitement du paludisme

Cette histoire a été initialement publiée sur Le site de l'USAID

Louise Sambieni, une femme vivant dans le village de Kountori, dans le département d'Atacora, au Bénin, n'avait pas les moyens d'acheter les médicaments dont elle avait besoin lorsqu'elle est tombée malade du paludisme. 

« Il y a quelques mois, alors que je marchais vers le champ où je travaille, j'ai commencé à avoir mal à la tête… Le mal de tête a persisté et mon mari m'a proposé d'aller voir un médecin et m'a donné 5,000 12,000 francs pour les soins… Les médicaments qui les prescriptions du médecin ne coûtaient pas seulement plus de 17 francs, elles étaient également indisponibles dans mon village et j'aurais dû me rendre à Cobly, à XNUMX km de là, pour les acheter. Je n'ai pas pu le faire car je n'avais pas l'argent pour les médicaments ou pour me rendre à Cobly.

Heureusement, en tant que membre du Tilyikna Women's Group, une organisation représentant 50 femmes, Louise avait quelque part vers qui se tourner. 

Le paludisme, maladie infectieuse transmise par les moustiques, est un problème de santé publique majeur au Bénin. Selon les données statistiques annuelles du pays pour 2019, le taux de morbidité du paludisme est de 45.5% dans la population générale et de 48.8% chez les enfants de moins de cinq ans. Les cas graves de paludisme représentent 23.1 pour cent des décès dans le pays, et le taux est encore plus élevé chez les enfants de moins de cinq ans, à 33.9 pour cent.

Alors que le paludisme peut être géré et traité, l'accès au traitement, qui peut atteindre des dizaines de milliers de francs CFA et peut ne pas être disponible localement, reste hors de portée pour la majorité de la population. 

C'était la question à laquelle l'Activité des services de santé intégrés (IHSA) de l'Agence américaine pour le développement international (USAID), dirigée par Management Sciences for Health, devait s'attaquer. Au Bénin, à travers l'Activité, l'USAID appuie les centres de promotion sociale de la Direction Départementale des Affaires Sociales et de la Microfinance ainsi que les communes de quatre départements (Alibori, Atacora, Ouémé et Plateau) pour donner accès à des soins de qualité à la population. Sachant que l'un des plus grands défis est de payer pour le traitement, l'Activité a d'abord suggéré de mettre en œuvre des initiatives génératrices de revenus, en commençant par les groupes les moins favorisés : les femmes et les jeunes. 

Les stratégies de mise en œuvre de ces initiatives comprenaient l'organisation de sessions de formation sur la façon de transformer les matières premières en produits alimentaires - comme la transformation du soja en fromage - et sur le renforcement des capacités de gestion financière des femmes, notamment sur la manière de gérer les profits et les pertes, de générer des profits et de créer des stratégies d'épargne. un pourcentage de l'argent gagné.

Les bénéfices générés et l'argent économisé par les groupes de femmes soutenus les ont aidés à créer des fonds d'épargne santé. L'objectif de ce fonds est de fournir aux membres du groupe une réserve d'argent constante qu'ils peuvent utiliser à tout moment pour payer les soins et les médicaments. Ce type de fonds s'est avéré d'emblée utile, comme en témoigne l'expérience de Louise. 

Entre août 2020 et janvier 2021, le groupement de femmes de Tilyikna a économisé 76,300 XNUMX francs CFA dans sa caisse d'épargne santé, ce qui a profité à Louise et à d'autres membres qui ont eu besoin d'un accompagnement. Grâce au système et à la formation, ces femmes ont désormais un accès immédiat aux fonds ainsi que la capacité de rembourser leurs prêts avec l'argent qu'elles gagnent grâce à des activités génératrices de revenus.  

[[Des femmes du Groupement de Femmes Iréti'mbè et Ifèomontayo partagent leurs expériences de mise en place de fonds d'épargne santé. Crédit photo : Raphaël Gnonlonfoun/MSH]

L'accès aux fonds d'épargne-santé sauve des vies, surtout lorsqu'un enfant souffre d'un cas grave de paludisme. Limata Malik, présidente du groupement Iréti'mbè et Ifèomontayo (Adja-Ouèrè, département du Plateau) partage son expérience lorsque son petit-fils était très malade :

« Je n'avais plus d'argent. Je suis allé voir le groupe auquel j'appartiens et ils m'ont accordé un prêt de 10,000 10,000 francs de notre caisse d'épargne santé. Avec cet argent, je suis allé voir ma fille et mon gendre qui avaient du mal à payer les tests de laboratoire et les prescriptions. Très vite, ces XNUMX XNUMX francs ont disparu et j'ai dû obtenir un autre emprunt auprès d'un des responsables du groupe. Nous avons passé trois jours à l'hôpital, mais mon petit-fils s'est finalement rétabli. Je suis très reconnaissant envers le groupe pour le soutien qu'il m'a apporté. Je ne sais pas ce qui serait arrivé à mon petit-fils sans leur soutien.

En plus de mettre en place des fonds d'épargne santé, le gouvernement des États-Unis, à travers le travail de l'Activité et de ses conseillers techniques, mène également des activités de sensibilisation des groupes sur la prévention, l'hygiène et l'utilisation efficace des moustiquaires insecticides longue durée. Grâce à ce soutien, l'Activité soutient une réponse rapide à l'accès à des soins antipaludiques de qualité qui est durable et aide la communauté à être économiquement autonome. 

Recherche