Accélérer la réduction de la mortalité maternelle au Bénin

Accélérer la réduction de la mortalité maternelle au Bénin

Écrit par Arlette Toffa, Conseillère Technique pour l’Activité de Services de Santé Intégrés de l’USAID, mise en œuvre par Management Sciences for Health

La mortalité maternelle constitue un problème d’importance pour le Bénin, pays avec l’un des taux de mortalité maternelle les plus élevés au monde avec 397 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes en 2017-2018. Pourtant, comme l’explique Elsy Bénou, Infirmière responsable de la maternité dans la zone sanitaire Adjohoun-Bonou-Dangbo (ABD), la plupart de ces décès pourraient être évités si l’hémorragie de la délivrance, qui est la première cause des décès, était prise en charge correctement,

Malheureusement, l’absence de matériel et de maîtrise des équipements disponibles ne permettent pas une gestion des cas d’hémorragies de la délivrance. Elsy indique ainsi que dans le cas d’hémorragie de la délivrance, les patientes sont tout de suite referees vers des centres permettant un traitement de ces cas mais ces références se font précautions pour réduire ou freiner la perte de sang : « Nous avons compris que la majorité de nos parturientes ne s’en sortaient pas et décédaient soit en cours de route ou au seuil de l’hôpital. »

Face à cette situation, l’introduction de la technique du tamponnement intra utérin au ballonnet (TIUB) est une approche salutaire pour le personnel de santé. Le TIUB est destiné à prendre en charge les hémorragies de la délivrance ; il s’agit d’un dispositif formé d’un préservatif et d’une sonde urinaire posés à l’intérieur de la cavité utérine ; le préservatif gonflé avec du sérum salé venant comprimer les vaisseaux de la cavité utérine. Même en cas d’échec, cette technique permet de réduire les saignements et de gagner du temps pour préparer d’autres interventions ou le transport en urgence de la patiente vers un hôpital.

L’Activité de Services de Santé Intégrés de l’USAID a soutenu la Direction Départementale de la Santé de l’Ouémé dans son programme de mise à niveau des prestataires de maternité sur les interventions majeures de réduction de la mortalité maternelle.

Trois sessions de formations se sont déroulées entre les mois de juin et juillet 2021 dans trois zones sanitaires (ZS), Adjohoun-Bonou-Dangbo (ABD), Akpro-Missérété-Avrankou-Adjarra (3A) et Porto-Novo-Aguégués-Sèmè-Kpodji (PAS). L’intervention de l’activité s’est concentrée sur la facilitation du cours de généralités sur la mortalité maternelle et les hémorragies du post partum immédiat, avec un accent sur le respect des normes et protocoles et la qualité de prise en charge des cas de CPNR. Ensuite, une aide avec des exercices pratiques fut apportée aux prestataires afin qu’elles puissent maîtriser la technique du TIUB.

Un test préalable aux exercices pratiques fut effectué pour apprécier les connaissances de base des participantes par rapport aux thèmes de la formation (hémorragie du post-partum, prise en charge du choc, indications et utilisation du TIUB) avec des performances variant entre 27% et 50%. Puis, des démonstrations pour la pose du TIUB ont été faites par les facilitateurs avec l’appui de l’activité avant que les participantes ne soient réparties en groupes pour effectuer des pratiques sur un modèle anatomique. Un test suivant la formation fut réalisé et une nette amélioration fut notée avec des scores post test variant entre 85 et 100%. 120 prestataires des maternités ont pu être ainsi formées et maîtrisent à présent les protocoles de prise en charge des urgences obstétricales, notamment la pratique du TIUB.

Ces formations ont permis d’avoir des premiers résultats encourageants puisqu’entre juillet et octobre 2021, aucun décès maternel n’a été enregistré dans les trois zones alors que 10 décès maternels avaient été enregistrés au cours de la même période en 2019 et 5 en 2020 dans les zones ABD et 3A, dont 2 attribuables à l’hémorragie de la délivrance dans chacune des deux zones. L’important pour les prestataires de santé est désormais de pouvoir inscrire ces améliorations dans la durée.

A la suite de cette formation, Elsy a remercié les parties prenantes pour le travail de formation effectué ainsi que les mesures pour rendre ce travail pérenne : « Après avoir reçu la formation sur le TIUB et les rappels sur les hémorragies de la délivrance, nous sommes amenées à offrir des services de qualité aux femmes. Moi spécialement, je me suis procuré un gobelet doseur juste après cette formation qui me permet de quantifier la quantité de sang perdu par les patientes en post-partum. De plus, après la formation, quand nous avons présenté le rapport à la hiérarchie, elle nous a demandé de faire en même temps la commande pour le matériel afin que nous puissions avoir au dépôt tout le dispositif nécessaire pour le TIUB dans nos centres respectifs. »

Search